Samedi 29 mars 2008 à 11:58

28.03

    Ambiance de retour de voyage. Un moment calme, et différent des cris et des rires que j'entends habituellement autour de moi et qui me donnent le sourire. Ce sont mes amis. Maintenant, tout le monde dort, seuls quelques uns résistent encore au pouvoir du sommeil et restent, le front appuyé contre des vitres glacées par la pluie, à contempler l'extérieur. Les autres discutent à voix basse, où gisent simplement, les yeux tournés vers leurs pensées, un écouteur dans chaque oreille.

    J'ai lu la bonne partie d'un livre qu'à acheté Baptiste "Paroles du Jour J". Lecture très émouvante lorsque l'on s'aperçoit que tous ces hommes qui écrivent à la veille du débarquement ont sensiblement notre âge, et qu'ils seront presque tous morts, le lendemain. Je fais cette lecture le casque sur les oreilles, j'écoute une musique qui ne va même pas avec leurs mots. Et c'est ici que repose ce grand mix qu'est l'entremêlement du vieux et du moderne, ce coktail entre le présent et le passé. Ces quarante trois personnes, jeunes et insouciantes pour la plupart ont marchés là où d'autres ont courus à en perdre haleine, ont ri là où d'autres ont pleurés des larmes de terreur et de panique, se sont assis là où d'autres sont morts, dans un mélange de flotte et de sang que les vagues ont balayées, tout aussi efficaces que le temps qui les a effacées de nos mémoires.
    Et quand je décharge mes mots sur ce carnet rouge et noir, tranquille et apaisé, je ne peux m'empêcher de penser à ces armes qui déchargeaient leur lot de mort, et de lettres de condoléances, à chaque balle tirée en serrant les dents et en fermant son esprit, vite, avant de tomber sur cette même plage que l'on visite aujourd'hui, tomber les genoux dans le sable et les mains sur les tempes, fou, et déjà mort .

    La franchise et la peur qui émanent de ces lettres de pré-débarquement truffées de "n'oubliez pas que je vous aime", et de "nous avons tous peur, mais les hommes apprennent à le cacher", me retournent le coeur et me fauchent aussi bien que tous ces noms sans histoires, gravées sur les croix blanches du cimetière d'Omaha furent fauchés, pour la victoire et la liberté d'un monde qu'ils ne connaitraient pas.


Par passionhistoire le Samedi 29 mars 2008 à 12:01
:" Paroles du Jour J" fait partie de ma bilbiothèque .

Je suis également allé en normandie voir les plages du débarquement et le mémorial de caen .

J'y retourne l'année prochaine avec mon groupe de reconstitution .

Très émouvant..
Par passionhistoire le Samedi 29 mars 2008 à 12:01
PS : T'y es allé avec le lycée ou en individuel ?
Par passionhistoire le Samedi 29 mars 2008 à 12:01
Moi je fais tout en individuel
Par diwa le Samedi 29 mars 2008 à 12:03
En voyage scolaire, oui.
Par passionhistoire le Samedi 29 mars 2008 à 12:06
D'accord ^^ .

Moi j'ai jamais eu :" cette chance" de faire des voyages scolaires comme sa :/ .

J'ai tout fait tout seul avec la famille ( normandie , ardennes ( bastogne ) verdun , meuse / argonne ...) .

Enfin bref ^^ je pensais que tu voulais pas me répondre puisque je voyais aucun commentaire sur mon blog je pouvais toujours chercher...

Par Le Vieux le Jeudi 10 avril 2008 à 23:51
Je te demande la permission de copier ce texte et de le placer, en te citant, sur un site visité par des gens qu'il va bcp toucher, je le sais.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://distantwaves.cowblog.fr/trackback/2505397

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast